Nouvelles prospections dans les amonts du Titus

GOUFFRE TITUS

Lundi 5 Novembre 2018

 

Ayant lu les aventures de Noël Porret, Michel Bugnet et Lucien Bouclier, j'avais à cœur d'aller à mon tour sur ou plutôt sous Flaine. J’ai donc pris contact avec le SCMB et "le dav" m'a mis en contact avec Bruno Sourzac. Ce dernier m'a proposé d'aller au gouffre Titus avec lui. 

On se donne RDV à 10h à Arâches. Je fais la connaissance de Bruno. Le courant passe bien entre nous ! 

Bruno me demande de quel club je suis ; ma réponse : "oh ben moi tu sais, je suis pas vraiment affilié à un club. Je suis un mercenaire de la première, si y'a de la baston à faire dans de la verticale j'offre mes services : une sorte de lansquenet spéléologue"

Nous prenons ma voiture et direction Flaine. Avec les températures actuelles, la neige a bien fondu et nous pouvons prendre la piste jusqu'au Blanchot. 

On s'équipe à la voiture et après une petite demi-heure de marche, nous voici à l'entrée du Titus. Surprise ! mes gants sont restés à la voiture, il va falloir faire sans....

On attaque les puits, très propres, bien taillés, ça a de "la gueule" ! j'en profite pour faire quelques photos. Nous arrivons en haut du P186 que malheureusement nous ne descendrons pas. En effet, les explos actuelles sont dans un amont du grand puits et ne nécessitent pas de descendre dans l'abîme.

Nous entamons un réseau fossile horizontal assez boueux et abrasif mais très bien équipé et calibré, ce qui rend le parcours assez confortable même sans gants ! 

Au bout d'environ 1heure de progression rapide, nous voici à un carrefour qui débouche sur un méandre. Nous prenons la direction de l'amont pour la première partie de l'explo. Nous arrivons en bas de gros puits remontants. Ils ont entamé des escalades et remontées sur plus de 120 mètres. L'idée est de trouver une entrée supérieure pour accéder plus rapidement à cette partie du trou. Néanmoins, ce n'est pas notre objectif du jour. Au tiers de ces puits ascendants, il y a un puits descendant qui n'a jamais été descendu ! Pendant que Bruno équipe je mange en vitesse. Bruno descend le puits (P30 environ) et je le rejoins en bas. Ça continue sur un méandre très étroit où un petit actif se perd. C'est impénétrable, nous stoppons donc là. Dans le puits un autre départ a attiré notre attention.

On s'engage dans ce petit méandre qui donne accès à une petite salle qui, à son tour, donne sur un petit puits. J’équipe le puits avec 2 AF (amarrage foré) et je descends aussitôt. Là aussi ça queute sur méandre étroit. Tant pis ! on remonte en déséquipant.

Nous rebroussons chemin jusqu'au carrefour et prenons la direction de l'aval du méandre. Nous arrivons sur un socle de grès albien où coule un bel actif qui se jette dans un superbe P140 aux tailles respectables. Nous descendons ce grand puits. Sur une margelle : il y a une lucarne. On s'engage dans cette lucarne pour attaquer la première. C'est un méandre qui débouche sur un beau puits fossile. J'équipe et je descends environ 20 mètres. Bruno me rejoint. Ça continue encore sur puits. À nouveau de 20m et encore une margelle donnant sur puits. On commence à être light en matériel. Bruno a amené une corde statique de 7mm. J'équipe la tête de puits, descend encore 15 mètres et me retrouve une fois de plus sur une margelle. On n’a plus de goujons et le perfo montre des signes de faiblesses. Qu’à cela ne tienne ! Bruno remonte les puits nouvellement descendus pour aller chercher des goujons….

Pendant ce temps, je vide les ultimes ressources de la batterie pour percer 2 trous. Il me rejoint. En fait il n'y avait qu'un seul goujon en haut... bon ben va sur mono-point et corde de 7 (c'est vrai que c'est top cette corde !)

Je descends 10m et me voici enfin sur le plancher. 

Ça continue en méandre bien fossile et donc bien crado. Je fais 10 mètres dedans et bifurcation. D'un côté on entend l'eau du P140 (la jonction semblait évidente) mais d'un autre côté il y a un puits d'environ 8 mètres à descendre. En bas de ce puits, on distingue un départ en direction opposée du réseau connu. Faute de matos, il nous faut remonter.

Ayant passé tout le matériel amené, les kits sont vraiment légers. Je remonte en tête dans le P140. Bruno me talonne. On remonte à bon rythme. En haut du puits on s'accorde un bon canon d'eau fraiche "made in Flaine" et on repart toujours à rythme soutenu vers la surface. "ça gaze, c'est ça que j'aime" me dit Bruno. Ça tombe bien, moi aussi ! !

Dehors vers 18h15, les ultimes rayons de luminosité coiffent les sommets environnants et donnent une superbe ambiance. On s'engage dans la pente et nous voici enfin à la voiture. Ça rigole, c'est le signe d'une bonne journée ! 

Je dépose Bruno a sa voiture. Je suis bien enjoué pour revenir faire de la spéléo sur le secteur !

TPST : 6h30

Bruno Sourzac et Pierre Valton

Imprimer E-mail

Toc toc ?

Nous avons 93 invités et aucun membre en ligne