les papys font de la resistance

Papy fait de la résistance

Sortie du 10/11 janvier 2017

Joueurs : Charlot/Guiche

Les papys font de la résistance

Hé oui, nous ne sommes que 2 pour revoir quelques  zobejctifs du fond de la muraille, tout occupés que nous sommes à chercher un shunt au siphon terminal.

Le 18 fevrier 2012 (comme le temps passe) nous avions découvert et exploré la galerie Chapajool, ainsi nommé avec le prénom de ses premiers explorateurs  humains (Charlot/Patrick/Johnny/Olivier)

http://old.scmb.cds74.org/page.php?no=532

Belle galerie en paleocollecteur qui au bout de 140 m nous a joué le mauvais tour de replonger par une série de puits  en direction du collecteur actif. Nous avions laissé quelques points d’interrogations lors de cette pointe mémorable, et c’est donc notre objectif de ce we .

On rentre  dans le gouffre  vers 11 h, descente tranquilou, dépose de matos au bivouac, puis descente par l’actif, bien plus sympa et propre que le passage boueux du feng shui qui à mon avis ne doit rester qu’un shunt de sécurité en cas de crue…

Les puits s’enchainent, on arrive à – 700 en bas du puits  gengis khan , P100 ou un départ repéré à 30 m du bas pourrait nous réserver quelques surprises (avis aux grimpeurs…)

A – 722, en bas du puits shiiiin toc, on repère 10 m au-dessus la rubalise et l’arrivée du méandre venant du puits des puceaux, et qui a fait l’objet d’une des dernières pointes (David/Yo)… comme quoi, même en levant le nez dans les plafonds, de nombreux départs ne sont pas repérés…

On quitte la rivière foron du bonheur  pour remonter vers la Galerie de jonction puis rejoindre le collecteur à la cote – 740. Nous décidons de descendre la rivière et de remonter vers la galerie chapajool par le puits de jonction, en le déséquipant.

Au passage, on va jeter un cil dans une petite galerie situé en rive gauche d’une diffluence de la rivière, négligé le jour de la pointe en 2012, juste en face de l’arrivée du puits de jonction.  Je pars devant en suivant de vagues traces et m’arrête devant un rétrécissement boueux qu’il va falloir désober… derrière ça s’agrandit. Le temps de sortir l’appareil photo,   Charlot me rejoint et commence à gratter… tout en grognant,… car je devine que mon vieux complice n’apprécie guère le bain de boue annoncé à cette profondeur abyssale. Mais bon, on est là pour faire le job, notre mission étant de ne rien négliger… on fait le job !

 P2100770

Charlot s’engage, gratte, puis j’entends un bruit de succion (comme un suppositoire glissant dans le fion d’un constipé) puis mon compère, qui ne dit plus rien… pour que je le rejoigne évidemment… les galères, ça se partage. Il a la trogne des mauvais jours, ça sent le crépuscule (cul ?) des dieux c’t’affaire.

 P2100775

Ok ce n’est pas gros, mais ça continue, je repasse devant et progresse sur 20 m avant de buter sur un nouveau bouchon d’argile, un bruit de rivière …puis un HOHO sonore.  Charlot a fait le tour en direction du collecteur, et il s’agit d’un bouclage apparemment (de +).

 P2100777

P2100778

Demi-tour, je repasse le lavement, puis retrouve mon partenaire en train de faire ses ablutions dans la rivière

charliechaplin pay day

Un peu comme ça mais en moins confortable

P2100785

C’est plus proche de la réalité…on voit qu’il est content d’être là, il  a la tête d’un gars qui fait la rioule…si si !

Bon ce n’est pas le tout, mais on se caille, je laisse charlot partir devant, et je le suis en déséquipant…

Il est tout coffe ou bien ?

 P2100789

Je déséquipe le puits en remontant et le rejoint au départ de notre deuxième objectif.

Effectivement, ça a une jolie fiole de loin…je pendule, j’atteins la plateforme repérée, je quitte la corde et progresse à plat dans la faille sur une dizaine de mètres. Et boum, je retombe les 2 sabots dans la patioke … fond de faille, terminé. Décidément, ce n’est pas notre jour.

P2100790

Je me retourne et rejoints mon compère qui se met à l’aise ! Quelle vision !

P2100795

Ben oui, quand on se caille, il faut s’habiller… et avant il faut se dévêtir.

Du coup, je le rejoints,  et je l’aide à remettre son baudrier de torse, made in charlotise…

243006867 1 tres beau dessous chic lingerie charlotte neuf

Tout requinqué, il file de l’autre côté de la faille, en rive droite du puits,

P2100796

Apres quelques pendules et rependules et autres wedze, il faut bien se rendre à l’évidence, il y a nion…ce n’est pas dans le secteur qu’on va trouver le shunt qui va bien.

Du coup on  grimpe  vers la galerie chapajool en finissant de déséquiper le puits.

Chargés comme des baudets, on remonte la galerie en vérifiant 1 ou 2 départs au passage.

Et c’est là qu’on se dit qu’en prem’s on va vraiment à l’essentiel.

Je repère un départ en rive droite, sans trace, petite desob dans la calcite, progression sur 15 m et arrêt sur un  petit plan d’eau, qu’il faudrait traverser à 4 pattes. La galerie s’élargit derrière mais repart en direction du collecteur. Pas envie de se gauger plus qu’on est, je fais demi-tour. Si il y a des amateurs, c’est à faire.

En rive gauche, je m’engage dans une conduite forcée qui au bout de 20 m est obstruée par une trémie, en fait un seul gros bloc tombé du plafond qu’il faudrait conjuguer. La suite derrière est pénétrable, et on entend la encore le collecteur, 25 à 30 m en dessous sur la topo…tout parait lié dans un enchevêtrement complexe.

La fatigue commence à se faire sentir, avant d’être tout maffi, on décide de faire demi-tour. Retour vers le collecteur ou on laisse du matos pour l’équipe plongée qui va tenter de poursuivre l’aventure dans 48 h.

Espérons que le siphon sorte… et que derrière notre plongeur trouve une suite prometteuse…pas comme celle la quoi ! (qui doute encore que les  restos d’altitude ne sont pas tous raccordés au réseau?…)

plonge

Puis remontée tranquilou, à nos âges braves gens, faut y aller to plan.

La corde du petit puits en bas du Gengis khan étant tonchée, on décide de la changer. Je plante un spit pour une dévia.

A chacun sa fumette, moi je ne fume que de l’inox

P2100800

A défaut de marteau, un galet fera l’affaire. C’est la même technique qu’utilisaient nos ancêtres magdaléniens pour planter des spits dans leur caverne.

P2100802

Arrivés en bas du gengis khan, brave P 100, on appelle l’ascenseur.et comme d’hab, quand on est sortis de ce gros morceau, on a l’impression d’être sortis du trou…même à – 600, ce n’est plus qu’une question de temps.

Arrivés au bivouac, eau chaude, soupe de pates, pates au jambon, fromage de pates et gâteau aux macaronis ! Nickel !

Petite nuit de 8h, un peu réveilles par des envies de pisser aussi sottes que grenues.

Et remonté to plan (mais vraiment to plan alors) le lendemain, sortie vers 14 h soit tpst à 27 h

Et comme l’impression de se dire que décidément, on commence à être un peu trop vieux pour ces conneries….

batman

Je charge mon compère dans la jeep… je ne vaux guère mieux, le dos en vrac….et en route pour une cure non pas de jouvence, mais de réhydratation.

Au total, 2 points d’interrogation levés en +… de moins

guiche

Mots-clés: Muraille de Chine

Imprimer E-mail

Toc toc ?

Nous avons 5 invités et aucun membre en ligne