Sortie Solfatare du 3 Janvier 2015

4 Participants : Christian CHARLETTY, Patrick GUICHEBARON, Olivier LANET et bruno SOURZAC. 

Objectif 

En ce début d’année nous jouons l’alternance …passer d’un trou à un autre peut s’avérer très enrichissant !

Comment, cela ne vous étonne pas ? sauf qu’on pense pas à la même chose , bande de vipères lubriques ! Nous parlons ouverture, escalade, première, espoir de suite orgiaque…bon d’accord.

 

Donc nous partons z’à 4 bagolus avec Bruno, Olivier, charlot et Guiche, pour s’attaquer à une escalade repérée en 2014 alors que nous désespérions de pouvoir aller au fond du solfatare faute d’étiage satisfaisant.

 

Descente agréable jusqu’à – 300 et casse dalle habituel à dans la salle du troll pinembour.

Puis Charlot emmène olivier découvrir la suite du trou pendant que je pars avec Bruno sur la pointe.

Le 1 ° objectif est juste derrière la salle : l’actif principal qui arrose la zone semble différent du P30 par lequel nous arrivons. Un beau palier à mi-hauteur semble  atteignable par un shunt qui alimente la galerie des quincaions. Quelques pas d’escalade rondement menés permettent à bruno de se rendre compte que si l’eau passe , c’est par un joint de strate impénétrable. Nous ne passerons pas par la. Il faudrait attaquer une artif au beau milieu de la salle : tant pis, nous décidons que cet objectif n’est pas prioritaire.

Nous partons donc dans la zone explorée l’an passé (sortie du 21/02/2014)

Pendant que Bruno grimpe, tout en faisant le ménage

 

Le Guiche, planqué sous sur un surplomb, il assure (rassurez-vous à ce moment-là, Bruno est vaché …je ne sais pas sur quoi, mais ça a l’air solide).

Au bout de 25 m, un palier est atteint. Cela redescend derrière, mais  l’escalade reste à poursuivre.

 

Installation des cordes fixes en evitant au maximum les frottements toxiques (comme les emprunts)

 

Charlot et olivier nous rejoignent : ils ont déroulés les cordes jusqu’à – 400 au somment du puits ginnungagap (P100). L’étiage semble bien en place.

 

« C’est beau ces cordes, ces dégaines et ces devias, on dirait Noel »

 

Etant pris par des contraintes festives, Charlot et moi décidons de remonter tranquilou. Je laisse ma place à olivier qui rejoint Bruno.

 

Dans le même temps ce dernier sera redescendu de l’autre coté du palier et retombera dans une zone connue déjà explorée l’an passé.

 

Au sommet du P60 (drakkar noir) nous entendons Bruno remonter à un pas qui n’a rien de sénatorial (donc affuté, actif, économe  et utile). Il nous rejoindra dans les puits de sortie pour attendre Olivier. Ils ont finalement décidés d’écourter la séance.

 

Une bien belle sortie de groupe

 

A+

PG

Imprimer E-mail

Toc toc ?

Nous avons 44 invités et aucun membre en ligne