Déséquipement du gouffre de la Poya

Samedi 3 septembre 2016

Gouffre de la Poya

Objectif : déséquipement

Participants : SSG : Philippe MARTI, Claude ROSSI, Johnny BOUFFARTIGUE - SCMB : Odette et Christian CHARLETTY, Pierre PIPON, David CANTALUPI

Dans l’objectif des colorations prévues pour début octobre il y a bien entendu, en travaux préalables, l’équipement des trois cavités où sera versé le colorant, la Poya en faisant partie. Il est également prévu que le SSF 74 y fasse sont exercice annuel.

La SSG, club explorateur, veut également profiter du coup de main de cet afflux de main-d’œuvre pour nettoyer les lieux.

La sortie d’aujourd’hui a donc pour but de rassembler le matériel stocké en différents points de la cavité et d’en ressortir le maximum, mais aussi de changer les cordes en place en vue du passage des secouristes du SSF. Tout le monde est sous terre pour midi. Je ne connais pas la cavité, pourtant depuis quinze ans ce n’est pas faute d’y avoir été invité. Les puits s’enchainent de manière agréable et continue. Bien que de bonnes dimensions, ils restent à taille humaine. Quelques méandres frotteurs ou boyaux, bas de plafond, concentrent le courant d’air, et il ne vaut d’ailleurs franchement pas y trainer : on se caille les meules !

Johnny est devant et change les premières cordes qui, en hiver, prennent le gel. On arrive par un puits arrosé dans le collecteur du TV1. Dans mon esprit, je la voyais plus grande que ça la galerie des Géants ! Cela n’empêche pas que c’est super esthétique.

On arrive au bivouac assez rapidement, il ne manque pas de matériel à remonter. Après une petite pause casse-croûte, Charlot et Odette chargent leurs kits en vue de la remontée. Moi, j’aimerai bien voir où il serait judicieux d’injecter le colorant. Jo nous propose d’aller voir l’actif du P80.

Effectivement, si la rivière de la Poya est presque à sec aujourd’hui, à l’affluent du P80 ce n’est pas la même limonade ! Le débit est de 1 à 20 ! C’est dantesque. Retour sur nos pas direction le fond. On charge les kits des vieilles pontonnières qui commencent à se décomposer et ne servent plus à rien. Passage de la voûte mouillante l’eau est fraiche, mais en passant vite, on n’est pas complètement trempé.Puis vient le P40 avant de retrouver de bien belles galeries. Au fond, nous avons la surprise de trouver pas mal de matériel abandonné par la société ‘’NOT engineers’’ de Grenoble qui était venue plonger à des fins professionnelles le siphon terminal : pour le label écologique, vous repasserez ! !  voir ICI

Remontée bien chargés, comme d’hab pour une dépollution /déséquipement, on en laissera un peu au bivouac. On ressort quand même deux heures après les premiers, mais franchement en 7 heures, je ne pensais pas faire et voir autant de choses. Mais ça vaut vraiment la peine de connaitre la Poya.

A très vite avec le matériel photo !

Dav

TPST : entre 5h et 8h30

Imprimer E-mail

Toc toc ?

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne